Fraudes à L’Université de Bizerte, Lettre 2

Mes dames, Messieurs

Les informations que nous allons diffuser dans cet article sont authentiques et révèlent des actes d’une extrême dangerosité, nous les présentons devant l’opinion publique universitaire pour que les responsables de haut niveau lancent une véritable enquête et interviennent pour arrêter ce genre d’actes abominables de la part de certains enseignants universitaires. Les agissements commis par ces gens mettent en cause la crédibilité et l’image de marque de notre université tunisienne alors que nous fêtons ses 50 ans
Quand les choses ont atteint leurs limites, il est de notre devoir de parler, raison pour laquelle nous avons décidé aujourd’hui de mettre la lumière sur l’affaire de Mohamed Ben Salem, professeur de physique à la faculté des sciences de Bizerte, qui a chapeauté pendant des années un réseau d’enseignants dépourvu de loyauté et de dignité pour favoriser d’une façon illégale un étudiant ayant avec lui un lien paternel. Cet étudiant qui a fait sa scolarité au sein faculté des sciences de Bizerte poursuit actuellement des études de Master CHEZ PAPA alors qu’il n’a franchi aucune année d’étude aucune année d’étude aucune année d’étude sans l’intervention de son père. On aurait accepté cette situation s’il s’agissait de lui ajouter quelques points pour le repêcher. Mais quand on passer de 04 de moyenne à 10 de moyenne en quelques jours entre la session principale et la session de contrôle et si cela arrive, tous les ans d’une façon répétitive, alors un grand point d’interrogation qui se pose ?
Comment cela arrive-t-il ?
C’est avec l’aide de certaines personnes avec qui le papa entretient de bonnes relations (amitié ou échange d’intérêts).
Bref résumé de l’histoire :
En 2003/2004, l’étudiant était déjà redoublant en SP2, pour ne pas refaire une troisième fois la même année, des efforts redoutables ont été déployés par des collègues proches de son père: il suffit de quelques NOTES TROPS GONFLEES à la sessions de contrôle (parmi les auteurs de ces crimes citons à titre d’exemple MONGI LAABIDI qui a attribué 19/20 en électromagnétisme à un étudiant qui écrivait la force de Lorentz !!!!
L’étudiant a finalement passé en troisième année, pour disperser les regards ont lui a choisit de faire sa troisième année à la faculté des sciences de Tunis, le papa a d’autres amis là bas. Hélas ça ne marche pas et le gars revient avec 3/20 de moyenne et s’inscrivit de nouveaux à Bizerte.
A Bizerte c’est le terrain de papa, on pourra jouer comme on le voudra. 4/20 de moyenne à la session principale!!!!1/20 en mécanique quantique et 1/20 en électronique, mais ce n’est pas grave, avec l’aide des indignes on gonfle les notes, KAIS BOUJADARIA 16/20 en ondes et vibrations, et ABDESSALAM HADJ AMARA qui lui a donné 19/20 en PPM (matière de coefficient important). Coefficient
On passe en quatrième année et comme par hasard toujours la même bande, K.Boujdaria, Abdessalam, Faten Azzous, Mongi laabidi… falsification et notes gonflées, alors que le papa en jouant le cache-cache ne prend pas des enseignements dans le même niveau que son fils : Question de se dissimuler.
L’étudiant a eu enfin son diplôme le plus déshonorable et le plus méprisable dans l’histoire de l’humanité. Tout le monde en on parle, même les étudiants sont au courant. Cependant, on se dit quand même voilà l’enfant a eu sa maîtrise et c’est fini avec cette mascarade.
Toutefois, c’est la goutte qui déborde, l’étudiant est inscrit maintenant en Mastère de son papa, pourtant on a écarté des étudiants qui ont fait 4/4 en maîtrise de sciences physiques ! il y en a même des mentions !! Il est presque certain qu’il passera sa première année de mastère, et le scénario deviendra clair maintenant, l’enfant rejoindra le mystérieux laboratoire de son papa. TOUT LE MONDE SAIT BIEN COMMENT ON FABRIQUE EN DEUX ANS ET DEMI UN DOCTEUR EN PHYSIQUE !!!
Où est ce que ces gens veulent-ils arriver ?
C’est une question que nous posons surtout lorsqu’une deuxième série de ce misérable feuilleton est entrain de se jouer maintenant avec le second fils de Mohamed Ben Salem qui est apparemment devenu accros. Toujours la même bande, à leur tête FATEN AZZOUZ et les mêmes pratiques…. !!!
Par conséquent, pour le bien de notre université, nous vous prions, Monsieur le ministre de l’enseignement supérieur, Monsieur le Recteur de l’université 7 novembre, Monsieur le Doyen de la faculté des sciences de Bizerte, et Monsieur le Directeur du département de Physique d’intervenir et protéger l’université.

N.B
Il est à noter que cette dénonciation a été dictée par notre conscience et notre devoir envers notre université, et ne constitue en aucun cas un acharnement gratuit ou une atteinte personnelle sur les personnes citées. Aucun parmi les auteurs de ce rapport n’a de mauvaises relations personnelles avec quiconque des gens impliqués dans cette affaire.
Par conséquent nous invitons tout responsable à écarter la moindre hypothèse de règlement de compte ou autre et d’aller directement au fond.
Aucune pièce de conviction n’est jointe à ce rapport, cependant la base de donnée de la faculté, l’archive des copies d’examens, les emploies du temps des enseignants,… peuvent fournir des preuves incontournables.
Pour un prof. indigne il n’est pas difficile d’isoler une copie d’examen d’un X, même codée, quand celle-ci existe dans un paquet. Une chèvre reconnaîtra ses petits dans des miliers.. !!
En fin nous attirons votre attention que ce n’est un crime d’avoir un fils à la même faculté là ou on travaille. Plusieurs cas existent, mais sans incidents, d’ailleurs le doyen actuel, son fils est en maîtrise de mathématiques, l’étudiant est brillant et suit son parcours normalement.

VIVE L’UNIVERSITÉ TUNISIENNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *