Un ptit poueme



Je voudrais toucher les étoiles

et remporter tous les magots

me dessiner au fond de la toile

me croupiller à coups de ciseaux

La grille au loin me sert de nerfs

et tous mes nerfs m’ont lachés

je me défie en bras de fer

je m’en vais perdre et gagner

Je voudrais travailler ma mort

me préparer un coup de soleil

prendre un métro pour le dehors

descendre ou monter pareil

(Bien sur ça casse, il faut la rime
même en disant n’importe quoi
rien d’important, rien que la rime
même en disant n’importe quoi
on peut jeter par la fenetre
tout l’orthographe , toute la grammaire
essayé de regardé n’êtr
un lingus qui vole en plein air …


J’voudrais fermer la parenthèse
re-pénétrer la joie de l’âme
mais m’faut rimer la « parenthèse »
sans que les mots perdent l’âme
)


Je voudrais bien sortir de moi
et aller faire un tour ailleurs
regarder juste en bas de soi
et m’imbiber de mes malheurs


Je voudrais bien, ne plus et tout
et jamais plus le répéter
j’aimerais me casser du trou
qui m’interdit de m’envoler


Je voudrais bien me balancer
par mon gros nez par mon regard
rebondir haut et m’écraser
devenir bouillon sur un trottoir


Je tu confonds
Tu je confonds
ça se percute en confusion
ça laisse un avant gout amer
et ça persiste l’éclosion
ça fait toucher le brin d’éclair
qui fait des mots des sons garés
ça fait chialer et ça fait taire
toutes les peurs de s’égarer
cette petite solitude
cette merdette qui creuse encore
ce petit moi qui fait de moi
ce que je vis à chaque mois
tout ce que je fais comme tort
tous ces petits morceaux de cerveau,
et d’ADN et de moelle
ces grandes crottes qu’on a cadeau
de la vie et des compagnies de fuel
Je tu confonds
Je solitude
Tu je confonds
Tu solitude
…….


Publié dans : Myma |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *